Bah Oury, homme politique guinéen s’est prononcé récemment sur la constitution du double scrutin  du 22 mars 2020 et celle publié le 14 avril dans le journal officiel qui, après la cours constitutionnelle, est celle qui est valable. Selon l’ancien ministre de la réconciliation nationale, la cours constitutionnelle, t-elle qu’elle fonction actuelle, n’est pas en conformité avec la loi.

« La cours constitutionnelle, t-elle qu’elle fonction actuelle, n’est pas en conformité avec ce qui était convenu dans les textes, qui fixent sa mission. Aujourd’hui, elle est une caisse résonnante pour valider les désidératas de la volonté du pouvoir actuel,  de mettre toutes nos institutions sur l’écoute, afin d’avoir un troisième mandat pour Alpha Condé. Ce n’est que ça qui est en œuvre. Mais, par rapport au droit, au respect de la constitutionnalité, des dispositions qui sont prisent par la cours constitution ne fait pas son travail. Regardez ce qui se passe au Mali, déjà quatre juges sont obligés de se démettre, parce que, la population a compris que, le changement est le départ de cette constitution. Donc, ni la constitution du 22 mars, encore moins celle adoptée le 14 avril n’est valable… », explique Bah Oury, lors d’une émission accordée à une radio privé de la place.

Avec Ibrahima Tampa, pour flammeguinee.com

Tél : 660 01 98 63     

Journaliste Directeur de Publication du site d'information Flammeguinee.com. Retrouvez à travers les articles l'actualité complète de la Guinée, de l'Afrique et du Monde. Tél : (00224) 628984660.

No Comments