En marge de la 19ème conférence de presse des ministres,  tenue  ce mercredi 14 Août 2019,  dans un réceptif hôtelier de place  à Conakry, par le ministre de l’Elevage, Roger Patrick Millimono a déclaré à la presse que, la mission principale de son département, vise à concevoir, d’élaborer et de mettre en œuvre la politique du gouvernement afin d’assurer le suivi du secteur de l’élevage en République de Guinée. S’agissant de la construction de l’abattoir moderne de Kagbelen, selon le ministre, le niveau de réalisation des travaux est à ce  jour à 90% pour le génie civil et 85% pour les équipements.

« De nos jours, plusieurs infrastructures d’élevage et de commercialisation du bétail et de la viande ont été réalisées. C’est le cas d’un marché à bétail sous régionale construit à Kounsitel (Gaoual), quatre marchés à bétail préfectoraux construits  et équipés à Beyla, Dinguiraye, Mandiana, et à Faranah. Quatre aires d’abattage améliorées à Mamou,  Gaoual, Beyla centre et à Dinguiraye. Aujourd’hui, 36 kilomètres de pistes sont aménagées dans la préfecture de Gaoual, pour appuyer la commercialisation du bétail entre les zones d’élevage et les marchés. Un abattoir moderne d’une capacité journalière de 250 têtes de bovins, extensible à 500 têtes, en construction sur le financement propre du gouvernement guinéen. Le niveau de réalisation des travaux de cet abattoir  est à ce  jour à 90% pour le génie civil et 85% pour les équipements », a fait croire le ministre de l’Elevage, Roger Patrick Millimono, à la presse, ce mercredi  lors de la 19ème conférence de presse des ministres, initié par le Chef de l’Etat Pr Alpha Condé, pour informer la population sur les réalisations faites par le gouvernement de 2010 à nos jours.

Dans le cadre du soutien au programme d’amélioration génétique du bétail, avec le programme l’initiative  présidentielle,  qui est en phase pilote, un programme national d’insémination artificielle a été lancé par le Chef de l’Etat, Pr Alpha Condé.

«140 vaches ont été sélectionnées, identifiées et inséminées dans le centre d’appui à l’Elevage de Boké et chez des éleveurs de 7 préfectures. Aujourd’hui, nous enregistrons déjà les premières naissances qui vous sont présentées dans le documentaire … », a indiqué Roger Patrick Millimono, aux journalistes.

Avant de rappeler que, « le taux de cheptel que regorge le secteur de l’Elevage se chiffre, en  2010, à 4 900 de bovins et en 2018, 7 520.000 bovins ; pour les ovins, en 2010, on avait 1 615 000 et en 2018, 2 709 000 d’ovins ; pour les caprins, on avait en 2010, 1 931 000 et en 2018, 3 246 000 ; pour les porcins, on avait 95 000 en 2010, et en 2018, et aujourd’hui on a 140 000 , et la volaille en 2010, était 21 000 000 000 de têtes, en 2018 on a 34 millions de têtes. Voilà le taux de cheptel guinéen ».

Seulement que, le prix de la viande quant à lui, grimpe sur le marché chaque que Dieu fait. Surtout, pendant  les fêtes, ce problème est un casse-tête chinois pour les guinéens.  Selon le ministre, le prix de la viande sur le marché ne concerne pas le ministère.

Avec Alpha Oumar Diallo, pour flammeguinee.com

Tél : 627 83 68 38  

Journaliste Directeur de Publication du site d'information Flammeguinee.com. Retrouvez à travers les articles l'actualité complète de la Guinée, de l'Afrique et du Monde. Tél : (00224) 628984660.

No Comments