C’est vraiment les propos qu’Ismaël Condé vice maire de Matam et nouveau chargé à l’Information et de la Communication de l’UFDG, vient de livrer lors d’une interview qu’il a accordé à notre reporter, avant de parler  son exclusion du parti au pouvoir et sa nouvelle adhésion dans les rangs de l’UFDG. Nous vous livrons ici l’intégration de cette interview. Lisez !

Flammeguinee.com : Nous aimerions savoir de façon résumé ce qui s’est passé entre le parti au pouvoir et vous ?

 Ismaël Condé : J’ai toujours milité. Comme je l’ai toujours dit, moi je n’ai pas adhéré au RPG, je me suis vu au RPG mais, quand j’ai commencé à comprendre les choses avec mes parents, qui étaient militants et responsables du parti RPG dans les années 1987-1988, alors que je n’avais même pas atteint l’âge de dix ans. Je voyais mes parents très actifs au sein du RPG comme exemple, ma maman était la présidente des femmes du parti à Mafanco et à Coleah. Donc le RPG pour nous, est comme un héritage qu’il faut défendre. Et quand tu vois les parents sur le chemin, il serait utile pour nous, de nous intéresser sur cette personne qui est le Mr Alpha Condé. Malheureusement, nos parents n’ont pas été à l’école et ils ont compris que, c’est par la politique qui pourrait changer le pays. Donc, nous on a eu la chance d’être à l’école et de comprendre ce dont nos parents n’ont pas compris. Après nos études, on est venu pour prendre de la relève de la méthode commune qui est celle du RPG .Le combat que les parents ont mené a porté fruit en 2010.  Parce-que, notre champion a été élu comme le père de la démocratie guinéenne. Parce qu’il a mené toute sa vie dans la politique, pour combattre l’injustice et de la dictature.  Cela veut dire que,  le combat que nos parents ont mené n’a pas été vain. Donc, dès après son accession au pouvoir, j’ai perdu mes parents en 2012, ils n’ont pas vu le fruit de leur combat. Mais, nous sommes là pour cette relève. Donc, nous avons fait le premier mandat et nous sommes en train de faire le second et dernier mandat. Moi j’ai pris la responsabilité de donner mon opinion. J’ai dit, écouter à l’aube de ce second mandat, il faut que l’on trouve un remplaçant du Président Alpha Condé. Parce que, bientôt il va terminer son mandat. Cette opinion a été très mal comprise. Comme je sais que, la loi reconnaît la liberté d’expression comme un droit constitutionnel, au moment venu,  nous allons nous retrouver au siège. Alors que, ceux qui sont entrain de battre campagne, pour qu’Alpha Condé soit président de sa propre succession, n’ont pas été sanctionné et, mon opinion m’a fallu l’exclusion au sein du parti. Une fois l’exclusion a été actée en mai 2020, par le bureau politique national du RPG. Voici la raison de mon exclusion.

Est-ce qu’on peut dire que, la gestion des deux mandats n’ont pas été démocratique?

Non! La gestion est démocratique. Avec son avènement au pouvoir, beaucoup des institutions ont été mises en place et installées. A part de la haute Cour de Justice, presque toutes les institutions ont été installées, ensuite nous sommes allés aux élections locales et législatives ; les députés ont été installés. Aujourd’hui, je suis le fruit des élections locales après 11 ans.  Cela veut dire que, la démocratie est en cours. Mais, la constitution de 2010 prévoyait que, le président qui venait a le droit de faire deux mandats, mais dans les accords de Ouagadougou, il était aussi question à ce président de changer la constitution, donc les élections législatives de 2013, il devrait passer par le référendum ou de proposer une constitution à l’image du pays. C’est ce qu’Alpha Condé a fait et, j’étais pour cette idée parce-que, les élections locales telles que la candidature indépendante, qui a révélé beaucoup de talents, qui sont aujourd’hui dans les partis traditionnels. Donc, c’était un acquis qu’il fallait mettre dans la nouvelle constitution. On avait dit que, c’est un acquis et proposer une nouvelle constitution ne veut forcément pas dire, un nouveau mandat ou un 3eme mandat. Parce-que, nous avons connu Alpha Condé démocrate et alternance. Moi je croyais que, même si les gens se levaient pour prendre ses genoux, pour continuer à gérer le pays, il allait refuser. Je pensais qu’il ne pourrait pas faire un mandat supplémentaire. Et il allait dire non, parce-que, lui-même, en le faisant, il allait ruiner sa carrière politique, entant que défenseur de la démocratie. Mais, j’ai constaté qu’ils ont commencé à me combattre parce que, j’ai vite compris qu’il était ambigu dans ses différentes communications où il disait, quand il y a la nouvelle constitution, il y’aura un 3eme mandat, en disant que, c’est au parti de décider le candidat. J’ai compris que, le Monsieur ne veut pas quitter le pouvoir, il veut faire un mandat supplémentaire. Cela m’a amené un véritable divorce avec le bureau politique national du RPG, qui est entrain de soutenir dans l’ombre l’idée de 3eme mandat. Et voilà la raison de mon exclusion ou de divorce entre le RPG et moi, qui m’a conduit à la principale formation politique de l’opposition guinéenne, qui n’est autre que de L’UFDG. Alors du RPG à l’UFDG. Mais, j’ai pas décidé d’aller à l’UFDG, c’est le Président Cellou Dalein Diallo,  qui a fait un appel à moi et, il m’a appelé dans le but adhérer dans l’UFDG. Il m’a fait appel entant que, jeune acteur de la vie politique guinéenne, un jeune qui défend une noble cause. C’est dans ce cadre, il m’a reçu chez lui.  Ensemble, on a d’abord échangé et discuter plus de quatre heures d’horloge. Et il m’a dit que, tu as été exclu parce-que, tu défends la cause que nous défendons aussi. Alors, nous sommes là pour t’accueillir. Alors, au sein de l’UFDG, principal parti de l’opposition guinéenne, qui me tend la main, c’est ainsi que j’ai décidé de faire une lettre officielle au président du parti de l’UFDG et aux membres du bureau politique national du parti vendredi, en  qualité du secrétaire chargé à l’Information et de la Communication dans une mission spécifique. C’est cette marque de confiance que, le parti m’a confié pour mener à bon escient afin de redonner l’image de l’UFDG, comme beaucoup estiment que, c’est un parti ethnique qui n’appartient seulement que des peulhs. Je voudrais assurer les militants du parti que, nous ferons tout avec mon équipe, pour que les militants de l’UFDG, le dises oui c’est la personne qui nous manquait. Nous allons apporter notre contribution de réformer l’étiquette que l’UFDG a comme certains pensent que, c’est un parti des peulhs, nous allons casser la barrière rouge qui empêche  l’UFDG d’accéder au pouvoir. Donc, c’est à moi maintenant de dire oui, nous avons récupéré quelqu’un qui nous a vraiment manqué, et que je mérite cette confiance afin de permettre  l’UFDG d’accéder au pouvoir.

Avec NABY CAMARA, pour flammeguinee.com.

Tél : 656 80 70 62

Journaliste Directeur de Publication du site d'information Flammeguinee.com. Retrouvez à travers les articles l'actualité complète de la Guinée, de l'Afrique et du Monde. Tél : (00224) 628984660.

No Comments