Si la culture guinéenne était riche et variée par la  qualité de sa musique et de sa danse, aujourd’hui, c’est le contraire qui se produit sur le terrain. La culture occidentale a fini par dominer. Effectivement, pour renverser cette tendance, le groupe de danse traditionnelle, dénomé  ‘’Shingom Bombé ‘’ a été créé 2009, à Sandarvalia, dans la Kaloum, par un groupe de jeunes de plus 20 personnes dont leurs âges varient entre 16 à 30, pour la  promotion de la culture guinéenne en générale, mais aussi pour la danse traditionnelle en particulier. Pour ce qui veulent découvrir ce groupe, chaque matin, ces jeunes sont à la maison des jeunes de Kaloum où ils font la répétition.  Venez-y voir, il y a beaucoup de choses à découvrir  avec ce groupe, sur la valeur de la danse traditionnelle guinéenne.

A noter que, c’est grâce à culture que,  l’image de la Guinée était vendue pendant le premier régime à travers le monde, avec ces artistes et orchestres nationaux dont feu Sory Kandja, Aboubacar Demba, Jeanne Makolé, Orchestre National Bembeya Jazz, Ballet Djoliba,  pour ne citer que ceux-là. Mais, aujourd’hui, ce savoir-faire risque  de disparaitre au profit de la culture occidentale.

En tout cas, c’est  ce que  Souleymane Camara, Manager du Groupe de Danse Shingom Bombé, a indiqué à notre reporter. «  L’objectif de la création de ce groupe de danse Shingom Bombé, c’est pour faire la promotion de la culture guinéenne, en particulier de la danse traditionnelle guinéenne. Depuis 2009, ce groupe a été créé et chaque matin, on fait la répétition à la maison des jeunes de Kaloum  », explique Souleymane Camara, Manager du groupe Shingom Bombé.

Mais, depuis que ce groupe a été mis en place, ces jeunes n’ont reçu  aucun aide venant d’un partenaire. Ni le ministère de la culture, encore moins des personnes de bonnes volonté n’a assisté ce groupe encore.  Ils évoluent sur fonds propre. Et quand, un membre  tombe malade, ils cotisent de l’argent ou débloquent un montant dans la caisse, qu’ils gagnent dans les Show, pour soigner cette personne.  Seulement, ils ont accompagné l’artiste Tafsir, artiste populaire de Kaloum et, ils ont participés aussi à la célébration du 60ème anniversaire  de l’indépendance de  2018, au stade du 28 Septembre.

Selon Bangoura Yamoussa,  Chef du groupe apprend ses éléments à danser les musique traditionnelle directe, instrumentale, les musiques guinéennes et un peu de Hip-Up, ainsi que la danse ivoirienne. Mais, précise-t-il, nous sommes basé sur la musique traditionnelle guinéenne. « Comme vous le voyez sur la photo (rire) », ajoute-t-il.

Pour en savoir plus, venez voir ce groupe, chaque matin ils sont à la maison des jeunes de Kaloum. Car, vous n’allez pas regretter.

Avec Younoussa Bangoura, pour flammeguinee.com

Tél : 628 98 46 60    

Journaliste Directeur de Publication du site d'information Flammeguinee.com. Retrouvez à travers les articles l'actualité complète de la Guinée, de l'Afrique et du Monde. Tél : (00224) 628984660.

No Comments