Le moins que l’on puisse dire, c’est que les libertés collectives et individuelles sont menacées en Guinée. Avec le mouvement de résistance lancé par le FNDC pour contrer les velléités du président Alpha Condé de modifier la constitution.

Ce mardi matin, le pont du 8 novembre est systématiquement bouclé. Des gendarmes et policiers y sont postés. Pour accéder au centre ville de Kaloum, il faut se soumettre aux fouilles systématique y compris dans les sacs et répondre à cette question : est-ce que vous êtes venus pour travailler ?.

A défaut, les motos sont refoulées. Et les motos taxis qui ont une personne derrière ou qui n’ont pas de chaussures fermées sont systématiquement refoulés. D’où les nombreuses motos qui sont stationnés ce matin faute de pouvoir accéder au centre ville de Kaloum pour faire leur boulot.

En attendant, aucune explication n’est donnée à cet effet. La seule certitude, c’est que vu l’impressionnant dispositif sécuritaire déployé dans la capitale Conakry, il ne sera pas exagérer de dire que le régime est paniqué.

Source guineelive.com

Journaliste Directeur de Publication du site d'information Flammeguinee.com. Retrouvez à travers les articles l'actualité complète de la Guinée, de l'Afrique et du Monde. Tél : (00224) 628984660.

No Comments