Dans le cadre d’appui du projet de développement  de l’aquaculture de la Haute Guinée,  le Programme des nations unies pour le développement (PNUD), à travers un  financement du Peuple japonais à hauteur d’un million de dollars, soit 9. 300. 000. 000 GNF, a offert  des engins roulants et d’informatiques au ministère de la pêche, à travers l’agence nationale de l’aquaculture de Guinée. La cérémonie de remise des clefs de ses matériels s’est déroulée ce mardi, 06 Août  2019 au ministère de la Pêche. C’est le Secrétaire Général dudit département, Alkhaly Sophiane Sankhon qui présidé cette cérémonie, en présence du représentant par intérim du PNUD Eloi KOUADIO IV, de l’ambassadeur du japon en Guinée Hdeo MATSUBARA, ainsi que des cadres du ministère de la Pêche.

Ces matériels destinés à  la région de la Haute Guinée sont composés de : 2 véhicules de marque Toyota 4X4 double cabine, 15 motos de terrain, 6 ordinateurs portables, 2 imprimantes, 2 fauteuils et 6 chaises visiteurs.

Il faut rappeler que, ce projet a été lancé le 10 avril dernier. Il a pour objectif d’accompagner le gouvernement guinéen à exploiter le potentiel halieutique afin de faire le secteur de la pêche  porteur de croissance  et créateur de richesse. C’est pourquoi, la mise en œuvre de ce projet a concerné 15 sites piscicoles. Ces sites ont été identifiés à travers des critères spécifiques établis inclusivement  par l’ensemble des parties prenantes.

Avant tout propos, le représentant par intérim du PNUD a remercié le secrétaire général du ministère de la pêche, pour l’accueil cordial qu’il a réservé à sa délégation à l’occasion de cette cérémonie  de remise d’équipements  roulants et d’informatiques à l’agence nationale de l’aquaculture de Guinée. « Je suis honoré d’être à vos côtés, pour procéder à la remise de ses équipements à une direction  technique, qui a vu le jour il y a si peu.  La mise en place de cette structure technique s’inscrit dans le cadre  des actions  du gouvernement de Guinée, que le PNUD s’emploie à accompagner dans le cadre de l’atteinte des objectifs  du développement durable », indique le représentant du PNUD par intérim, Eloi KOUADIO IV.

Avant de préciser que, promouvoir à l’aquaculture c’est mettre à la disposition  des populations et des communautés,  des moyens de subsistance  mais aussi et surtout, améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations des zones ciblées. « Trois préfectures ont été identifiées auxquelles au niveau du PNUD, en partenariat avec l’ANAG ont identifiées ces 15 sites. Aujourd’hui, avec les experts du japon mais aussi, ceux du PNUD, la phase pilote donne l’opportunité de mettre en œuvre une administration  de l’expertise technique  nationale avec le soutien d’une expertise internationale de qualité. Nous veillons   au sein de l’unité, d’assurer la facilitation des ressources mises à dispositions par le gouvernement du japon,  à savoir un financement  à hauteur d’un million de dollars, qui permet  de pouvoir administré  les trois composantes  représentés , en termes de renforcement de capacité  de la structure mais aussi,  faciliter la mise en place de la chaine de valeur, qui doit permettre aux communautés d’améliorer au niveau de revenu , d’assurer le service de qualité alimentaire afin de contribuer à faire de la Guinée, un pays émergent  à l’horizon 2040. Ce projet pilote donnera l’opportunité à l’ambassadeur du japon et au secrétaire général  de bien vouloir  consolider cette  collaboration  qu’il y a entre la république de Guinée et le Japon à travers un facilitateur que le PNUD est. Avec des ressources, certes modestes, le PNUD poursuivra son accompagnement  et à le consolider, pour faire en sorte que des ressources  du gouvernement japonais puissent administrer de manière la plus responsable », rappelle le représentant du PNUD, Eloi KOUADIO IV, tout en rassurant la disponibilité de son organisation sur le terrain,  à pouvoir continuer cet accompagnement, permettant de concrétiser l’ODD 17, qui cible la mise en place  de partenariat effectif.

Pour l’ambassadeur du Japon en Guinée,  les équipements  remis permettront à l’anag , permettront de lancer ses activités sur le  terrain. «  Le secteur de pêche est un axe essentiel de la politique du japon, notamment en Afrique. En guinée, il occupe une place importante, aussi bien dans l’appui à la pêche côtière et maritime, que pour la pêche continentale et l’aquaculture. C’est pourquoi, le gouvernement japonais a accordé  un montant d’un million de dollars, au projet d’appui et de renforcement  de capacités à l’ANAG récemment créée, présenté par le programme des nations unies pour le développement (PNUD). Les équipements remis aujourd’hui permettront don à l’ANAG de lancer concrètement ses activités sur le terrain, notamment par la fourniture de véhicules et de motos, ainsi que des matériels informatique. Je me réjouis  donc que le projet entre dans sa phase opérationnelle d’appui aux aquaculteurs de la Haute Guinée, et que les habitants de cette région pourront bientôt bénéficier des fruits de ce projet », explique Hdeo MATSUBARA, ambassadeur du Japon en Guinée.

Au nom du gouvernement guinéen, le Directeur Général de l’ANAG et le secrétaire général du ministère de la pêche, ont remercié le gouvernement japonais à travers le PNUD, pour cet appui au secteur de la pêche guinéen.

Avec  Alpha Oumar Diallo, pour flammeguinee.com

Tél: 627 83 68 38

Journaliste Directeur de Publication du site d'information Flammeguinee.com. Retrouvez à travers les articles l'actualité complète de la Guinée, de l'Afrique et du Monde. Tél : (00224) 628984660.

No Comments